Publié le 29 Mars 2015

Des voyages en bulles - Fabio et Giovanni, une fratrie italienne

Il y a quelques semaines, Face B vous emmenait à Naples pour déguster ses tranches napolitaines.

Pour cette nouvelle chronique, retour en Italie par l'intermédiaire de deux frères que tout oppose mais qu'un décès va rapprocher. Le puzzle d'une histoire familiale à reconstituer débute alors.

Lionel Papagalli, dit Alfred, signe ici son premier album en solo. Une franche réussite puisque "Come Prima" est désigné meilleur album à Angoulême en 2014.

"Come Prima" retrace donc l'histoire de Fabio et Giovanni, longtemps éloignés et que la mort de leur père va réunir. Difficilement, car comme dans toute chronique familiale, les vieilles rancoeurs ne s'estompent jamais. Le dialogue entre les deux frères, d'abord impossible, s'établit finalement.

La Fiat 500 des deux frangins nous emmène de France en Italie, en traversant les Alpes. Une carte postale de la fin des années 50, de la vie à cette époque. Et puis des rencontres singulières et des souvenirs qui ressurgissent pour retracer le portrait de leur père disparu. L'accent est également mis sur la psychologie très opposée des deux frères et la difficulté qu'ils ont à dialoguer. "Come Prima" permet bien des réflexions sur les secrets que deux membres d'une même famille peuvent cultiver, sur leurs histoires personnelles comme sur leur histoire commune.

Une fresque familiale où un frère autrefois chemise noire est ramené au pays par un frère acharn´ qui souhaite à tout prix respecter la mémoire du père.

Une fresque sociale digne d'un road-movie italien, qu'Alfred a volontiers imaginé comme un hommage au cinéma italien de l'après-guerre.

Le trait est léger et harmonieux malgré des sujets parfois lourds.

Le passé sombre du frère aîné est retracé par des flashbacks dans des pages qui tranchent avec le reste de l'album. Les pages sont muettes et épurées. L'ambiance rompt avec les pages évoquant le voyage dans le temps et l'espace des deux héros.

Une aventure poétique qui amène réflexion donc, mettant aux prises des personnages à fleur de peau, pour un album de haute volée et esthétiquement imparable.

Alfred a son blog. Pour se procurer "Come Prima", c'est ici.

Des voyages en bulles - Fabio et Giovanni, une fratrie italienne

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #des voyages en bulles, #italie

Repost0

Publié le 17 Mars 2015

Des voyages en bulles - Les chroniques nippones de Florent Chavouet
Des voyages en bulles - Les chroniques nippones de Florent Chavouet

Florent Chavouet est un talentueux dessinateur de BD, auteur de deux superbes ouvrages sur le Japon, pays où il séjourne régulièrement : Tokyo Sanpo (2009) est un guide de la capitale, à travers des esquisses, des plans dessinés et des conseils très personnels. On retrouve le trait caractéristique et les illustrations colorées de l'auteur français dans Manabé Shima (2010), voyage initiatique à travers tout le pays cette fois.

Ces deux ouvrages sont un must pour tout amoureux du pays du Soleil levant ou tout curieux désireux de le devenir. Qu'on y soit déjà allé ou non, le dessin est captivant et retranscrit exactement le Japon à travers les yeux (et donc le crayon) de l'auteur. Un voyage par procuration au Japon, à moindre coût, mais qui en laissera plus d'un rêveur. Une bonne mise en bouche très personnelle donc ou un beau receuil de souvenirs pour les habitués de l'archipel.

Pour vous procurer les ouvrages, c'est ici et . Sinon, le bonhomme a aussi un superbe blog riche en articles illustrés.

Plus évocateur que les mots, je vous laisse découvrir tout cela en images :

Florent Chavouet dépeint les intérieurs japonais dans le moindre détail et nous propose un galerie de portraits très drôles.Florent Chavouet dépeint les intérieurs japonais dans le moindre détail et nous propose un galerie de portraits très drôles.

Florent Chavouet dépeint les intérieurs japonais dans le moindre détail et nous propose un galerie de portraits très drôles.

Les deux ouvrages nous présentent également les différents aspects de la cuisine nippone

Les deux ouvrages nous présentent également les différents aspects de la cuisine nippone

Illustrations de l'article : tous droits réservés Florent Chavouet

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #des voyages en bulles, #japon

Repost0

Publié le 10 Mars 2015

Des voyages en bulles - Tranches de vie

Tranches Napolitaines (Dargaud) 2010

La tranche napolitaine est un dessert glacé créé aux Etats-Unis. Ces tranches-là, dont nous parlons aujourd'hui, parues en 2010 chez Dargaud traitent bien de Naples, ville mystique et sauvage s'il en est, terre fantasque de tous les fantasmes.

4 auteurs français prennent le crayon et vous font parcourir ruelles animées, baie de Naples et palais majestueux pour une approche originale de cette cité méditerranéenne unique, de sa folie et de sa grâce. Une invitation au voyage à travers 4 récits, une plongée à l'ombre du Vésuve que les amoureux de Naples apprécieront et que les non-initiés goûteront avec délice.

Personnellement, j'ai beaucoup aimé cet ouvrage collectif, ces histoires traitant de mythologie, d'art mais aussi d'une française à la recherche de son père dans le décor majestueux et parfois sombre de cette ville. Les ouvrages collectifs sont toujours intéressants par la différence du dessin des auteurs, des histoires courtes et efficaces. Un vrai plus.

Pour vous procurer ces tranches, c'est ici.

Un petit avant goût ci-dessous :

Des voyages en bulles - Tranches de vie
Des voyages en bulles - Tranches de vie
Des voyages en bulles - Tranches de vie

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #des voyages en bulles

Repost0

Publié le 4 Mars 2015

Des voyages en bulles - Riad au royaume des grands
Des voyages en bulles - Riad au royaume des grands

On ne présente plus Riad Sattouf, brillant auteur-dessinateur de nombreuses BD dont la série "La Vie secrète des jeunes", parue durant 9 ans dans les colonnes de Charlie Hebdo. En 2014, Il se mue également en réalisateur en réalisant le film "Jacky au royaume des filles".

"L'Arabe du futur" paru en mai 2014 est le premier tome d'une série de trois volumes.

On y retrouve un trait soigné et presque enfantin, ce qui colle bien avec le thème de l'ouvrage : les aventures du petit Riad himself, son enfance passée en partie dans différents pays comme la Libye ou la Syrie, où son père universitaire travailla dans les années 80. Le titre de la BD nous renvoie à ce dont le père de Riad était un fervent défenseur : le panarabisme. Pour résumer en deux mots, une idéologie qui vise à unifier les peuples arabes en glorifiant leur histoire commune. Le père du petit Riad se révèle être tout au long de l'histoire, un soutien admirateur des dictateurs arabes, censés redonner le prestige de la culture arabe et bâtir la société de demain.

Loin de n'être qu'une BD politique, "L'Arabe du futur" nous plonge dans l'innocence du petit Riad, bambin aux cheveux blonds (mère bretonne et père syrien), confronté à la dureté d'un monde dont il ignore les codes en quittant la France. La Lybie de Khadafi et ses lois absurdes, la Syrie d'Assad père, la cruauté des autres enfants à son encontre et la rencontre d'une famille syrienne paysanne aux codes radicalement différents. A travers ses yeux d'enfant, Riad Sattouf nous offre un voyage historico-géo-politique, teinté de légereté et d'innocence enfantine. On y aborde donc des sujets très sérieux au fil d'anecdotes et de souvenirs abordés avec humour. C'est là tout le talent de Sattouf à pouvoir rendre compréhensible et attractif une situation complexe. Les désillusions d'un père sont au final plus adoucies à travers les yeux d'un enfant.

Je vous laisse donc découvrir si le rêve du père de Riad de voir son fils devenir "L'Arabe du futur", l'arabe modèle, se réalisera.

Outre les récompenses nombreuses reçues ("L'Arabe du futur" a reçu le Fauve d’Or – Prix du Meilleur Album du Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême 2015 notamment), il est également l’un des cinq livres français les plus traduits dans le monde en 2014.

A titre personnel, si je ne suis pas un grand fan d'autres personnages de Sattouf comme Pascal Brutal, je me suis délecté de ce premier volume. Une vraie exploration et un voyage dans le temps dans un monde que nous connaissons peu, à travers ce petit blondinet auquel il est si facile de s'identifier. Les absurdités relevées sur les lois du régime de Khadafi ou les anecdotes sur les moeurs syriennes sont un régal. Le dessin est à première vue simple, mais fait preuve d'une esthétique incomparable. A mettre définitivement entre vos mains donc, que vous soyez amoureux de BD, d'histoire, d'aventure ou simplement curieux, ce n'est ni plus ni moins qu'un roman-dessiné qui vous poussera à savoir ce que la destinée aura réservé au petit Riad.

Pour vous le procurer en français, c'est par ici. Il est également disponible en allemand, espagnol, anglais sur internet ou chez le libraire le plus proche selon votre pays de résidence.

Des voyages en bulles - Riad au royaume des grands

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #des voyages en bulles

Repost0

Publié le 1 Mars 2015

Des voyages en bulles - Un monde de loto sans perdants
Des voyages en bulles - Un monde de loto sans perdants

"Le "modèle suédois", c'est un peu l'exemple à suivre, celui du pays parfait qui combat les inégalités, lutte contre le réchauffement climatique et ne laisse aucune chance à la xénophobie."

Ces deux lignes introduisent la présentation des chroniques suédoises de Nils Glöt.

Cette BD-documentaire nous emmène dans une Suède rêvée, idéalisée et fantasmée, où réalité et utopie s'entremêlent habilement, quitte à ce que le lecteur en perde ses repères.

Habitués que nous sommes à l'ingéniosité de ce peuple en matière de meubles en kit, la question se pose souvent au fil des pages. Est-ce inventé ou réel ?

Tout part d'un blog, créé il y a quelques années, sur lequel Nils Glöt, de son vrai nom Thomas Lapanouse, nous fait part avec humour de ses observations sur la société suédoise et de la mentalité si particulière des habitants du royaume.

Si loin et si proches, les suédois ont visiblement une mentalité à part que l'auteur nous retranscrit au travers de billets humoristiques, nous présentant l'approche faite de sujets aussi sérieux que l'écologie, l'éducation ou encore les musiciens dans le métro. J'avoue avoir parfois été troublé par le côté "réalisable" de certaines utopies dessinées ici. Après tout oui, pourquoi est-ce que l'on ne pourrait pas circuler en nageant en ville dans un réseau de canaux couverts qui se transforment en pistes de patinage l'hiver ? Ecolo et sportif, la solution parfaite pour pallier les transports en commun bondés. Utopiste mais tellement beau à imaginer.

C'est là tout l'intérêt des chroniques suédoises, imaginer des solutions et faire réfléchir sur des sujets de société, tout en conservant une part de doux rêve, que cette Suède imaginaire nous autorise à avoir. La lecture de cet ouvrage nous fait donc passer un bon moment mais nous permet également une réflexion sur l'avenir de nos sociétés en général. Je suis personnellement assez partisan de la ferme privée au pied de chaque immeuble, permettant d'avoir un robinet à fromage frais dans chaque logement ! Oui bon ok, là c'est mon estomac qui écrit, mais avouez que l'idée a du potentiel ? Non ? Ah bon. Vous préférerez alors peut-être un zoo urbain à ciel ouvert, où chaque animal trouve sa place et une fonction en ville ?

Courez donc vers les chroniques suédoises. Ca n'a pas vertu de guide si vous envisagez un voyage en Scandinavie mais au moins, cela vous donnera une première approche des suédois à travers les yeux et le crayon d'un talentueux dessinateur français.

A titre personnel, je vous recommande vivement cette BD qui fut pour moi une des meilleures lectures de l'année passée.

Pour vous procurer l'ouvrage publié chez Delcourt, c'est par ici.

Sinon, pour préparer un voyage et en apprendre plus sur la culture suédoise, voici le blog très complet d'une française expatriée quelques mois.

Ci-dessous, un lien vers un billet du blog qui synthétise bien l'esprit de cette aventure viking :

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #des voyages en bulles

Repost0