Publié le 27 Mars 2013

Lyon est la ville française où l'on trouve statistiquement, le plus de restaurants par habitant. Son statut de capitale de la gastronomie étant bien évidemment mérité. Les marchés de qualité abondent et les produits régionaux régalent tous ceux qui s'y rendent.

La cuisine lyonnaise est riche. Riche en saveur, riche de son histoire et riche au sens propre. Dégager une seule saveur de la célèbre cuisine lyonnaise est encore une fois un travail difficile. Au royaume des quenelles, des tripes et du saucisson lyonnais, j'ai pourtant choisi de vous parler sucré.

La praline est à Lyon ce que le calisson est à Aix-en-Provence. A la seule différence que ces amandes enrobées de sucre cuit et coloré en rouge, se retrouvent dans plusieurs spécialités de la gastronomie lyonnaise. On peut les déguster telles quelles, en tarte, en croquant ou encore en brioche.

Elle est donc incontournable et ravira les amateurs de sucrerie. Gare à l'overdose cela dit, car la tarte à la praline est par exemple très nourrissante. Il ne faut donc pas en abuser, mais tout de même se laisser tenter pour découvrir une des saveurs les plus authentiques, qui ravit depuis toujours les petits lyonnais et les grands.

Les adresses ne manquent pas pour y goûter. Si le coeur vous en dit, goûtez la brioche aux pralines de la Patisserie Perroudon (6 rue de la Barre), à deux pas du funiculaire qui vous mène du Vieux-Lyon à Fourvière. Le prix est un petit peu élevé mais la première bouchée vous fera oublier tout le reste (photo).

Lyon : Une saveur - La Praline

Version imprimable

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Lyon

Repost0

Publié le 26 Mars 2013

Lyon : Un marché - La Croix-Rousse

Lyon regorge de marchés. C'est un atout indéniable pour cette ville situé au carrefour de régions agricoles et gastronomiques renommées. Au sud, la Drôme qui peut être considérée comme la porte du Sud et de ses produits méridionaux. Au nord, la Bourgogne, son vignoble et son boeuf charolais. La Bresse et ses volailles, les fromages du Forez d'autre part. Bref Lyon est bien au coeur d'un joyau pour tous les amateurs de bonne cuisine.

On retrouve tout cela sur les étals des marchés lyonnais. Il en existe donc beaucoup dans toute la ville. Il y en a bien sûr des plus fameux que d'autres.

J'ai décidé de vous envoyer sur le marché du plateau de la Croix-Rousse. La Croix-Rousse est un quartier juché sur une colline au nord de la presqu'île lyonnaise. Les pentes de la Croix-Rousse sont fameuses pour son côté alternatif après avoir été un quartier infréquentable. C'est aussi un quartier "bobo" agréable, offrant de belles traboules, jadis fréquentées par les travailleurs de la soie.

Sur le haut de la colline, sur ce qu'on appelle "le plateau", le long du Boulevard de la Croix-Rousse, s'étire sur plusieurs kilomètres, un marché riche en saveurs et en odeurs. Pour y accéder, prenez le métro et descendez à la station Croix-Rousse. Vous déboucherez forcément sur ce marché qui se tient quotidiennement mais qui a la particularité de proposer chaque jour des commerçants différents.

On y met l'accent sur les produits locaux, régionaux, voire issus de l'agriculture Bio. Les légumes sortent de terre et se retrouvent sous vos yeux. Les producteurs vous proposent directement depuis leurs fermes des petits fromages goûteux ou des saucissons lyonnais authentiques.

Humez les stands et parlez avec les sympathiques vendeurs, cela ne rendra votre venue sur le marché que plus agréable encore. Tout au long du boulevard, des commerces ouvrent également à l'occasion du marché. Des fromageries ou un poissonnier notamment.

Attention, à 14h, tout le monde remballe. Soyez donc plutôt prévoyants.

Lyon : Un marché - La Croix-RousseLyon : Un marché - La Croix-Rousse
Lyon : Un marché - La Croix-RousseLyon : Un marché - La Croix-Rousse

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Lyon

Repost0

Publié le 25 Mars 2013

« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. »

Ce mois-ci, après Istanbul et ses saveurs épicées, Face B vous emmène à Lyon, troisième plus grande ville de France et capitale reconnue de la gastronomie. Très bien conservée et offrant différents visages selon les époques, la ville s'étend sur deux collines et le long de deux fleuves : La Saône et le Rhône.

Situé entre Paris et le grand Sud, Lyon est un carrefour, proche des Alpes, souvent vu comme la porte du Midi (ou l'inverse pour les gens du Midi, qui cela dit, voient aussi en Avignon, le grand nord!).

Economiquement dynamique et riche de son patrimoine, la ville offre des conditions idéales pour un week-end intense ou pour un plus long séjour plus relax.

Selon vos goûts, vous pourrez y trouver ce que vous cherchez : De bons restaurants pour les fines gueules, des musées pour les amateurs d'art, de nombreuses boutiques pour les adeptes du shopping mais encore de belles balades pour les marcheurs invétérés. Et pour les amateurs d'histoire, la ville vieille de 2000 ans offre tout ce dont vous avez besoin. De même, les mordus de cinéma ne manqueront pas de noter que vous vous trouvez ici dans la ville des frères Lumière.

Face B vous proposera ces prochains jours, différents aspects de la capitale des Gaules. Ses visites, ses mets à ne pas rater ou ses incontournables quartiers à explorer. Face B vous révelera également une adresse où manger typiquement lyonnais ou encore où faire vos emplettes de produits locaux.

Vous découvrirez aussi par le regard d'européens ayant vécu à Lyon, leur point de vue sur la ville.

Bonne lecture donc, bon voyage ou bons préparatifs pour ceux qui ont prévu de se rendre entre Rhône et Saône.

« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. »
« Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. »

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Lyon

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul - Une date - 1453

Comprendre Istanbul en s'y rendant, c'est connaître même brièvement son Histoire, comprendre ce qui a formé cette ville et fait qu'aujourd'hui, grecs, arméniens, juifs, turcs et kurdes se croisent au pied de mosquées, églises ou synagogues.

Plutôt que de retracer toute la longue Histoire de la ville, j'ai opté pour une date seulement, qui marque un tournant dans l'histoire de la ville, de même que dans l'histoire du monde. Jusqu'en 1453, Istanbul se nomme Constantinople et est la capitale de l'Empire byzantin, lui-même héritier de l'Empire romain d'autrefois. La culture est alors majoritairement influencée par les origines grecques de la plupart des habitants et de ses dirigeants.

En 1453, le sultan ottoman Mehmed II prend Constantinople au terme d'un siège qui voit la ville être pillée, puis le sultant entrer triomphalement dans la ville. Constantinople devient Istanbul. Mehmed II devient Fatih le conquérant. Historiquement, l'Empire byzantin disparaît et avec lui, le Moyen-âge. Le monde moderne entre dans la Renaissance.

Istanbul devient donc ottomane, turque, musulmane. Les temples romains et basiliques chrétiennes sont transformés en mosquées. Les communautés grecques, juives et autres sont tolérées et resteront à Istanbul de longs siècles, marquant durablement de leur influence la culture comme l'architecture de la ville. La présence grecque sera même majoritaire jusqu'au début du 20ème siècle mais diminuera considérablement avec les violences faites à son encontre dans les années 50. L'Empire ottoman perdura jusqu'à la première guerre mondiale et la révolution menée par Atatürk. Mais ceci est une autre histoire...

Constantinople la grecque, Istanbul la turque, double identité que vous constaterez au fil des bâtiments et des racines des habitants d'aujourd'hui.

Version imprimable

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul la magnifique

Egalement appelée "Porte du bonheur", Istanbul est à l'image de son porte-bonheur caractéristique, cet oeil bleu appelé Nazar, censé éloigner les mauvais sorts de celui qui le porte. Bleu comme les eaux du Bosphore qui coupe la ville en deux, séparant l'Asie de l'Europe de quelques minutes de ferry-boat. Noir en son centre car Istanbul fut bien, des siècles durant, le centre d'une civilisation, d'un Empire, d'un monde dont on peut encore sentir l'influence d'un bout à l'autre de la Méditerranée.

Istanbul est schyzophrène. Elle vit de dualité. Coupée entre Asie et Europe, partagée entre traditions et modernité, parsemée de mosquées et d'églises, déchirée entre activité assourdissante et calme tout méditerranéen. Cette mégalopole de près de 14 millions d'habitants est pourtant bien unique et peu de gens en repartent comme ils y sont arrivés.

On la décrit beaucoup, on l'analyse énormément et on essaye de la dompter. Faites-vous en votre propre idée, elle n'est pas si sauvage et jouit d'un charme assez irrésistible. Voici quelques tuyaux

Cliquez sur les tags dans le bandeau noir pour accéder aux différentes rubriques.

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul - Une visite - Istanbul Modern

Istanbul ne manque pas d'intérêts culturels. Plusieurs siècles d'histoire sont passés par là et ont laissé de part et d'autre de la ville, des monuments majeurs. Il en va de même pour les musées, nombreux et riches. Les amoureux de la culture y trouveront donc toujours leur compte.

Istanbul ancré dans son passé byzantin et ottoman, mais Istanbul contemporrain également. Jouissant d'une réputation brillante dans le monde artistique depuis une dizaine d'années, la mégalopole du Bosphore s'est dotée de structures pour accueillir certains de ses artistes. En contrebas du quartier bobo de Cihangir (où les galeries ne manquent pas), au bord du Bosphore, vous trouverez le musée d'art contemporrain Istanbul Modern.

Y sont présentés des artistes contemporrains turcs, dans un bâtiment d'avant-garde, qui vous laissera pantois devant certaines vues sur le Bosphore et le reste de la ville. Musée très intéressant donc, par sa collection, sa structure et pour s'approprier une approche plus moderne d'un Istanbul que l'on croit trop souvent figé dans son glorieux passé.

Istanbul Modern

Meclis-i Mebusan Cad. Liman İşletmeleri Sahası Antrepo No: 4, 34433 Karaköy

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h (20h le jeudi) - Entrée : 15 TL, soit 6,30€

PS: Pour les amateurs d'Histoire, le musée archéologique est incontournable. Il regorge de trouvailles datant des époques grecques, romaines et présente des collections orientales. A ne pas rater donc.

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul - Une rue - Icadiye Cd

Plutôt que de vous parler de LA rue commerçante surpeuplée d'Istanbul, j'ai choisi ici de vous emmener sur la rive asiatique de la ville. Beaucoup moins agitée que sa voisine européenne, vous y trouverez une Istanbul plus calme et plus verte également.

De Besiktas à Usküdar, il n'y a qu'une dizaine de minutes de bateau. D'Usküdar, prendre un Dolmus (mini-bus commun) direction Kuzguncuk.

Kuzguncuk est un quartier authentique très peu prisé des touristes. Vous y trouverez le long de son axe principal, Icadiye Cd, des petits commerces et des cafés tout droit sortis d'un autre temps. De splendides maisons ancestrales à façades en boiseries sont visibles en remontant la rue sur 200m. Vous pourrez faire une halte au Hayat Kahvesi, qui vous offre une belle vue sur des jardins en contre-bas d'une colline, pour y déguster un thé ou un café turc. Perdez-vous dans les ruelles et appréciez le décor souvent utilisé par des séries télévisées turques quand il s'agit de retrouver des ruelles authentiques pour leurs productions. Dans ce quartier qu'une amie qui y réside m'a fait découvrir, vous trouverez des lieux de culte variés, sur un tout petit périmètre (Mosquée jouxtant une synagogue, elle-même à quelques mètres d'une église). Toute l'histoire de la ville sur une rue en somme.

Le tumulte de Taksim n'est qu'un lointain souvenir lorsque vous vous déciderez à vous restaurer chez Ismet Baba, en bas de cette grande rue, au bord du Bosphore. De là, vous pourrez voir un peu plus loin, par beau temps, des familles locales se rafraichir dans le Bosphore. Authenticité assurée.

Autant de chats errants que de vieillards postés sur des chaises minuscules, Icadiye vous apportera sur quelques mètres une belle représentation de ce que fut Istanbul autrefois, sans pour autant vous risquer à un voyage dans le temps.

Avec un peu de chance, mon amie vous invitera pour des grillades dans son jardin si vous la croisez. Mais pour cela, il vous faudra une dose de chance :)

Istanbul - Une rue - Icadiye Cd

Version imprimable

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul - Une saveur - Le Salep

Ici encore, ne choisir qu'une saveur dans cette ville qui en propose tant, n'a pas été une mince affaire. J'aurais pu vous parler du Raki, l'anisette locale, j'aurais pu vous parler de l'Ayran, ce yaourt salé qui se boit ou encore des Baklavas, du Künefe, d'un poisson ou d'une viande grillée.

Mon choix s'est arrêté sur une boisson qui se boit traditionnellement en hiver. Milles excuses si vous vous rendez à Istanbul en plein été (à ce moment-là, optez pour de l'eau bien fraiche). Il n'est pas rare d'entendre des vendeurs crier en pleine rue "Saleeeeep Saleeeep". Vous aurez alors bien fait de vous approcher d'eux pour savoir de quoi ils scandent le nom. Le Salep est une boisson chaude à base de lait et de racine d'orchis, le tout agrémenté de cardamome. Le tout donne une boisson crémeuse épicée, très agréable mais dont il ne faut pas abuser car cela peut devenir vite écoeurant. Cela vous réchauffera en plein hiver et ravira vos papilles. Pour les connaisseurs, cela n'est pas si éloigné du thé Chai, agrementé de lait.

Afiyet Olsun ! *

* "Bon appétit" que les turcs vous diront en toutes circonstances et principalement avant que vous ayez consommé.

Version imprimable

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul - Un quartier - Fener-Balat

A choisir un quartier à vous conseiller à Istanbul, on peut y passer des heures sans arriver à se décider. Vous parler de Taksim ? Trop évident. De Péra ? Immanquable mais vous y passerez toujours en vous rendant autour de la tour Galata. De Besiktas ? Son marché aux poissons et ses ruelles populaires vous attireront indéniablement. Moda ? Le quartier à la mode du côté asiatique ?

Non je vous emmène dans le côté sauvage d'Istanbul. Amateurs de shopping, passez votre route.

Au sud de la Corne d'Or, en face de Beyoglu, s'étendent les quartiers de Fener et Balat. En contrebas de la très religieuse circonscription de Fatih s'étendent ces deux quartiers atypiques : Fener la grecque et Balat la juive.

Fener, dont le nom vient d'un phare qui se trouvait être autrefois le seul de la Corne d'Or, est un quartier populaire, peuplé de gens modestes et colorés. Le quartier est dominé par l'ancien lycée grec, immense batisse en briques rouge aux allures de forteresse. Je ne vous conseille pas de parcours particulier dans ces ruelles mais laissez-vous guider par votre instinct. Suivez ce gamin qui joue au foot, cette vieille femme perchée à sa fenêtre ou cet artisan qui travaille sur son pas de porte. Les vieilles maisons en bois reconnues par l'UNESCO témoigneront alors de l'habitat typique d'autrefois. Les maisons parfois tordues ne manqueront pas de vous étonner. A Fener se trouve le partiarcat orthodoxe grec d'Istanbul, qui se trouve être une modeste chapelle surchargée de dorures et icônes de toute beauté.

Au fil des rues, vous atteindrez l'ancien quartier juif de Balat. Aujourd'hui habité principalement par des familles anatoliennes modestes, les ruelles étroites aux bâtisses en boiseries vous offriront de belles perspectives si vous aimez la photo. 4 synagogues dont deux détruites se trouvent dans le quartier. Les anciens habitants juifs sont eux allés vivre dans d'autres quartiers. En parcourant ces deux quartiers, vous aurez découvert un Istanbul modeste et charmant. Revenez par la promenade le long de la Corne d'Or. Dégustez un maquereau grillé. Votre journée n'en sera que plus réussie.

Istanbul - Un quartier - Fener-Balat

Version imprimable

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0