Publié le 25 Février 2013

Istanbul est une ville propice aux promeneurs. Si vous aimez marcher et découvrir la ville en divaguant au gré des rues, l'immensité de la ville vous comblera. Il y a bien des promenades à effectuer du côté asiatique ou encore une qui longe la corniche Kennedy au sud de la ville, mais je vous propose ici une marche qui vous fera passer d'un aspect à l'autre de la ville, apercevoir les monuments majeurs de la ville et apprécier des ruelles colorées et pentues. Car oui, préparez-vous à grimper des rues très raides. Le début du parcours est soft, puis devient plus délicat après le passage de la Corne d'Or. Pour les plus fatigués, il y aura toujours l'alternative du funiculaire ou du tram. Mais allez, c'est bien en marchant et en s'épargnant le trafic que l'on apprécie cette ville.

Le départ de ce parcours se fait au choix : Soit du Grand Bazar, l'occasion d'admirer cet immense marché couvert conservé intact depuis des siècles (ne pas craquer face aux sollicitations incessantes des commercants) ; Soit de l'esplanade entre Sainte-Sophie et la Mosquée Bleue, qui offre une belle perspective entre ces monuments imposants. D'un côté donc, Sainte-Sophie, ancienne basilique chrétienne byzantine reconvertie en mosquée, dont l'intérieur est saisissant, et de l'autre, la Mosquée bleue dont l'intérieur bleuté vaut le coup d'oeil. Prenez la ruelle qui descend à gauche de Sainte-Sophie, en direction du musée archéologique.

En descendant la rue le long du trajet de tramway, vous arriverez aux jardins de Gülhane où vous pourrez notamment faire une halte reposante à l'ombre, en dégustant du Dondurma, cette crème glacée élastique particulière aux turcs. Reprenez votre route en direction du Pont de Galata. Jetez un oeil sur les différentes échoppes touristiques mais ne trainez pas, ce coin là ne vaut pas franchement le coup. A quelques encablures, la Yeni Camii, ou nouvelle mosquée se dresse à votre gauche. Sur votre droite, un embarcadère vers les îles. Faites une petite halte parmi les pigeons (des vrais, pas des touristes) sur l'esplanade de la mosquée. Le marché aux épices adjacent vaut un détour également, pour son ambiance colorée et ses sonorités. Comme son nom l'indique, vous pourrez y faire vos emplettes d'épices sans trop crainde l'entourloupe.

De là, dirigez-vous vers le Pont Galata qui enjambe le Bosphore. Deux possibilités : Soit vous le traversez par le haut en compagnie d'une bonne centaine de pêcheurs alignés, à l'affût de quelques poissons en contre-bas; Soit par le bas, sous les pêcheurs, ce qui créé un drôle de spectacle lorsque les lignes des pêcheurs remontent et que vous observez les poissons remonter au-dessus de vous. Le trajet du bas se fera également sous les sollicitations des rabatteurs qui voudront vous ramener à leurs tables. Bon enfant cela dit.

Une fois au bout du pont, vous arrivez à Karaköy. Vous avez laissé la partie historique de la ville derrière vous. Vous entrez dans la partie plus récente de la rive européenne. Deux possibilités s'offrent à vous ici également :

- Vous pouvez opter pour l'ascencion (raide) vers la tour de Galata et à travers le quartier de Pera. Cette ascencion peut se faire en funiculaire également. Pour les plus courageux, vous découvrirez les ruelles escarpées de Pera, l'ancienne ville vénitienne, du temps où des italiens occupaient les lieux. Les ruelles autour de la tour de Galata qui domine le quartier, regorgent de boutiques de mode. En remontant Galip Dede Cd, vous traverserez une rue dédiée aux musiciens. Des boutiques proposent des instruments anciens comme les plus récents. L'ambiance est généralement prenante car les amateurs testent leurs instruments sur le pas de boutiques généralement trop petites. Vous rejoindrez alors Istiklal Caddesi.

- Vous pouvez en outre prendre la rue Kemeraltı Caddesi qui suit le trajet du tram. Vous resterez au niveau du Bosphore, direction Istanbul Modern. L'immense bâtisse à votre gauche est le lycée français Saint-Benoit. Continuez tout droit (ou accordez-vous une pause Baklavas chez Güllüoglu sur votre droite en tournant dans Maliye Cd). Vous pénétrez le district de Tophane, où se trouvaient les anciens arsenaux de la ville. Sur votre droite, vous observerez une curieuse église encastrée dans des bâtiments, dont l'entrée est introuvable. Cette église a comme été avalée par les bâtiments environnants. Lorsque vous apercevrez la fontaine de Tophane (en forme de kiosque) sur votre droite, bifurquez sur votre gauche et prenez la grande rue Bogazkesen Cd (Sur le plan ci-dessous, je vous fais tourner plus loin mais c'est tout à fait possible également). Vous entrerez alors dans le quartier de Cihangir. Quartier très appréciable aux petites boutiques et aux librairies cachées, vous êtes dans le repère des artistes. Divaguez, zigzaguez et remontez jusqu'à Istiklal Cd.

Vous pourrez finir votre promenade sur l'immense rue commerçante (Istiklal Cd) par un rafraichissement ou du shopping, tout en admirant les anciens hotels s'y trouvant, ou encore l'immense lycée de Galatasaray. Autour d'Istiklal, qui est l'axe le plus fréquenté du centre d'Istanbul, de nombreux passages datant du XIXème siècle sont à découvrir. Vous y trouverez restaurants et antiquaires. En remontant cette rue entièrement, vous arriverez au point central de Taksim, bien connu de tous.

Istanbul - Pour les marcheurs

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 25 Février 2013

Istanbul - Un visage - Le vendeur de Simit

Comment distinguer un seul visage parmi ces milliers croisés quotidiennement à Istanbul ? Chaque visage de chaque stanbouliote mériterait une rubrique. Chaque chauffeur de taxi, chaque commerçant, chaque rencontre faite au fil des rues. Cela risquerait cependant de devenir un peu long et répétitif, je vous l'accorde.

Alors quitte à choisir une visage parmi tous, prenons celui que l'on croise le plus souvent dans toute la ville. De l'agitation de Taksim au calme tout relatif d'Usküdar, il est là, se tient à votre disposition : Le vendeur ambulant de Simit.

Il apparaît à l'aube et sillonne les rues jusque très tard dans la nuit. Poussant une petite charrette rouge (illuminée pour la version de luxe) ou portant le tout dans une corbeille, ce vendeur vous proposera contre quelques lires, ce "brezel turc", somme toute assez simple mais délicieux. Un en-cas inévitable parmi de nombreux autres que l'on trouve dans les rues de la ville (moules farcies, poisson grillé dans du pain...).

Si l'appétit vous en dit donc, n'hésitez pas une seconde à vous procurer ce sésame aux graines de sésame. Une des saveurs les plus authentiques de la ville se trouvera alors entre vos mains. Si chaque Simit se ressemble, les vendeurs sont eux uniques, alors n'oubliez pas de vous arrêter une seconde dans le tumulte et de le remercier en le regardant droit dans les yeux. Il n'oubliera jamais de jaillir d'une ruelle perdue lorsque votre ventre criera famine. Ce sera sa façon toute particulière de vous rendre service.

PS: Le Simit se déguste au petit-déjeuner comme au goûter, garni ou non. Les vendeurs ambulants vous proposeront également souvent des Açma, des brioches de la même forme tout aussi goûteuses.

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Istanbul

Repost0

Publié le 11 Février 2013

Qu'est ce que Face B ?

Face B est un projet de guide urbain participatif. Tout au long des prochains mois, vous seront proposés articles, conseils, questions/réponses avec des locaux, sur une ville en particulier, mensuellement. Des photos insolites et clins d'oeil agrémenteront bien évidemment le quotidien de ce guide qui se veut conçu autrement qu'un guide de voyage classique, mais plus à la manière d'un magazine.

Quel est l'objectif de ce projet ?

Proposer gratuitement aux personnes intéressés par le projet, une manière de découvrir nos milieux urbains d'une autre perspéctive. Témoignages et recommandations personnelles susciteront peut-être un intérêt nouveau chez le lecteur de Face B.

A l'heure des réseaux sociaux et de la communication mondiale en un clic, le but du site est de faire bénéficier à tous, de réels conseils afin de sortir des sentiers battus en visitant une ville. Ainsi, j'apporterai mes conseils personnels et apporterai régulièrement des participations d'amis et connaissances sur place. Rien de tel que l'avis d'une personne du cru pour prendre le pouls d'une cité et ne pas simplement la visiter superficiellement.

Qui participe à Face B ?

Moi-même avant tout, et mes différents bagages ramenés lors de voyages récents. Et tous ceux qui voudront y participer, donner leurs meilleurs conseils bien évidemment.

Pourquoi Face B ?

La musique étant une passion liée étroitement aux voyages en ce qui me concerne je conçois ce guide comme une face B dans la mesure où tous les autres guides en sont la face A. Proposer une manière différente de voir une autre culture. La face B donc, la moins exposée.

Qu'est ce que Face B m'apportera de différent que les autres blogs et guides ?

Une autre vision je l'espère et des propositions qui sortent de ce qui est proposé dans le Routard, sur Tripadvisor ou les blogs de voyages d'autres internautes. En restant raisonnable bien sûr car Face B ne joue pas dans la même cour que ces grands guides. De par mes expériences vécues et par les conseils avisés de locaux, vous pourrez par ce biais rencontrer ceux qui font une ville, les endroits où on l'entend vivre et vous éloigner un petit peu plus des tracés touristiques. Evidemment, vous seront aussi parfois présentés ici, des intérêts touristiques de première importance.

Que vous souhaitiez un séjour culturel, nocturne, festif ou dépensier, les alternatives vous seront proposées selon vos préférences.

Quelles villes est-ce que Face B va vous présenter ?

Des villes européennes et plus lointaines. Celles où j'ai vécu personnellement ou que j'ai eu la chance de visiter en profondeur. Mais également des villes que je ne connais pas mais que des amis vous présenteront à travers leurs contributions.

Quelle évolution pour Face B ?

Aucun développement n'est pour le moment envisagé outre ce site et la page Facebook. Le développement dépendra bien évidemment des sollicitations, contributions et retours à ce sujet.

Peut-on soutenir Face B ?

En se tenant informé régulièrement des parutions et en en parlant autour de soi :) Toute contribution est bienvenue bien évidemment.

Voir les commentaires

Rédigé par AdB

Publié dans #Qui sommes-nous ?

Repost0